Projets / Reconversion des fonderies de La Voulte-sur-Rhône

Reconversion des fonderies de La Voulte-sur-Rhône (Ardèche)

fonderies la voulte sur rhône
vue perspective générale du projet urbain et paysager

Reconversion du site des anciennes fonderies du 19eme siècle

surface : 44 000m²
budget : -
année : 2005-2006
mission : prog+esq
programme : aménagement urbain et paysager du site des fonderies
conditions particulières : travail personnel de fin d'étude (TPFE) - félicitations du jury

fonderies la voulte sur rhône
photos de l'existant : massifs des hauts fourneaux, stockage à coke, cheminée
fonderies la voulte sur rhône
les hauts fourneaux véritable assise du parc
fonderies la voulte sur rhône
le jardin libre : parvis paysager devant les massifs de 1827
fonderies la voulte sur rhône

Plan du parc des fonderies

1. bâtiment îlot d’entrée

2. porche d’entrée du parc

3. bâtiments associatifs

4. hôtel et restaurant

5. crèche

6. dunes de calcaire

7. skate park

8. scène de Hip-Hop

9. jeux pour enfants

10. canal

11. musée

12. parvis

13. potagers urbains

14. «sanctuaire de Vulcain»

15. passerelle et ascenceur

16. ateliers du «Faire»

17. «bar des ténèbres»

18. «scène de l’aube»

19. entrée haute

20. rampe

fonderies la voulte sur rhône
photos de l'existant : murs calcaire, ruines et rampes
fonderies la voulte sur rhône
la terrasse du "bar des ténèbres" dans les anciens fours à coke
fonderies la voulte sur rhône
les ateliers du "faire" accueille des artisants forgerons et ateliers pédagogiques

Ce projet répond à une commande réelle d’une municipalité. Il s’agit de la reconversion d’une vaste friche industrielle en plein cœur d’une petite ville, lieu témoin à plus grande échelle de l’histoire de l’industrie mondiale. En effet, les fonderies de La-Voulte-sur-Rhône étaient autrefois le fleuron de l’industrie sidérurgique française. La ville était dévouée entièrement à la production industrielle. Elle en garde encore aujourd’hui les traces malgré l’arrêt de l’usine à la fin du 19° siècle. Le travail de projet avait pour objectif dans le cadre de ce patrimoine historique fort de rétablir la mémoire du lieu en ouvrant le site actuellement peu lisible et en valorisant les vestiges par des aménagements paysager accueillant les visiteurs mais aussi certaines pratiques de la ville contemporaine. Il s’agissait d’intervenir dans un contexte urbain confiné et complexe, avec de fortes exigences environnementales ainsi qu’une certaine éthique vis-à-vis du bâti ancien. Le projet comprenait ensuite deux volets à une échelle plus « architecturale ». Il était question notamment d’implanter sur le site, dans les anciens ateliers de tissage du 20°siècle, le musée de la ville dédié à la fois à la découverte de la géologie de la région, des fossiles du musée de Paléontologie et de l’histoire de la fonderie. En effet, la présence de gisement de fer est à l’origine à la fois de la présence des fossiles et de l’industrie minière et sidérurgique dans la région. Et pour finir, le projet prévoyait une réhabilitation d’un trio de petits édifices dont un vieux prieuré pour la réalisation d’une maison de site dédié à la visite des mines de fer et à l’accueil de public pour des ateliers de fouille. Il fut question d’une articulation délicate entre l’ancien édifice et la nouvelle structure. L’idée principale étant de proposer un espace contemporain, minimaliste, façonné par quelques inclusions venant articuler l’ensemble des espaces en utilisant des matériaux bruts évoquant l’industrie minière : acier, brique et bois.

fonderies la voulte sur rhône
l'aménagement du site vue depuis la partie haute du site, le chateau à droite et le Rhône en fond
fonderies la voulte sur rhône
le musée de paléontologie dans une ancienne usine de tissage du XXeme siècle
fonderies la voulte sur rhône
plan et coupe du musée de paléontologie

Jury de soutenance

Composition du jury :

Directeur d’étude : Christian Blachot

Deuxième enseignant : Vincent Rigassi

Troisième enseignant : Yves Sauvage

Enseignant extérieur : Dominique Caprio

Personnalité extérieure : Nadine Dubois (chercheur en patrimoine industriel à la DRAC Rhône-alpes)

Mention très bien avec félicitations du jury

précédent suivant